Celle que j’ai toujours été.
Qu’on m’a empêché d’être.
Que je ne me suis pas autorisée à laisser faire.
Puis que j’ai retrouvée au bout de 6 ans.
C’est le temps que ça m’aura pris de comprendre qu’on peut être soi dans le monde professionnel.
Pas besoin de concilier, de se cacher.

Il m’aura fallu toutes ces années, un début faste, un CDD à 4/5ème puis plusieurs années avec les 2/3 d’un SMIC avant de me conforter dans la tenue qui me va le mieux, celle de l’intrapreneure. Je remercie vivement mon mari qui m’a toujours soutenue dans mes folles aventures (Elles réussissent, Chez Guillemette), pour qui je m’apprête à redevenir salariée, pour soutenir sa folle aventure à lui, l’ouverture d’un atelier vélo au coeur du Beaujolais Vert.
En tant qu’entrepreneure, la dernière folle mission que j’ai acceptée est celle de l’ouverture d’un espace de travail partagé en zone rurale, la Cordée Lamure.

3 mois à vivre à 450 km de ma famille la semaine, à enquiller les kilomètres pour les retrouver ; à les ramener avec moi quelque part où on ne connaissait personne ; à les impliquer dans mon quotidien pro toujours aussi passionnant 1 an 1/2 après. A croire à cette réussite, à faire comme je le sentais pour que ça marche (suivre mon intuition), à m’interroger sur la suite sans jamais douter que ce que j’avais entrepris était déjà une réussite. Que j’avais pris de manière immédiate, instinctive ma place… celle de l’intrapreneure aguerrie par 5 ans d’entrepreneuriat et 15 ans de salariat.

Voilà, je suis heureuse, je rejoins une équipe dont je partage les valeurs, une entreprise dont les missions ont du sens pour moi. Je n’abandonne rien de ce qui m’a animée jusque là, ce pourquoi j’ai parcouru tout ce chemin : la liberté.

Je reste libre car j’ai choisi comment je vis actuellement. Peu importe la forme que ça prend, tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant a été fait pour que je devienne celle que je suis et que mes compétences servent une Entreprise qui cadre avec mes valeurs. Avec mon moi.

En vérité, je vous le dis : ne lâchez rien. Tout finit par arriver. Ce qu’on fait l’est pour une raison qui nous amène quelque part. Et ça se fait, à un rythme certain.
Alors oui, ne lâchez rien : soyez vous même, le reste suivra.

PS : j’ai pensé à cet article car depuis ma toute première expérience professionnelle je me suis toujours pensée intrapreneure – source Wikipedia : les salariés devenant (…) des entrepreneurs au sein même de l’organisation en développant leur degré d’autonomie et de responsabilité -, ambassadrice de l’entreprise pour laquelle je travaillais et qu’on ne m’a pas toujours laissé l’être, entre autres parce que je ne m’y autorisais pas.
Alors voilà, merci Lany mon amie qui a un jour m’a dit « toi tu es une parfaite intrapreneure ».

Merci pour vos partages 🙂
20