Oui il faut que je vous l’avoue, maintenant que je le sais, que j’en suis sûre.
Je ne peux plus vous mentir.
Me mentir.
Alors j’avoue.

Je ne suis pas une entrepreneure.

Je n’ai pas créé mon entreprise parce que j’avais une idée à vous couper le souffle.
Je me suis installée parce que je ne voulais pas continuer à toucher un salaire de cadre et à passer 3h dans les transports sans donner du sens à ma vie pro.

Je venais d’avoir mon 2ème pirate, d’emménager à 50 km de Paris en zone péri-urbaine (ça fait rêver dit comme ça !), je prenais la voie de mon développement personnel.
Sans la nommer encore, j’étais à 2 doigts d’entreprendre ma Vie.

Sauf que j’ai tout mélangé. Je me suis fourvoyée. J’ai cru que « Entreprendre sa Vie » c’était entreprendre tout court.

Il m’aura fallu 5 ans pour parcourir ce chemin vers moi-même (qui aurait pensé que le bonheur ressenti à créer mon auto-entreprise serait le même le jour où j’ai reçu mon kbis de radiation ?). Dépenser beaucoup d’argent, d’énergie à essayer de me coller une étiquette que je détache enfin.

Quand on me demandait ce que je faisais, qui j’étais, je disais « entrepreneure ». Comme si avec ça tout serait parfait, lisse, magique.
Récemment je me suis même prise pour une auteure… ah quand l’enfant intérieur prend trop de place, c’est fou ce qu’il est pénible !
Comme je rigole maintenant… qu’est-ce qu’on ne se cherche pas comme excuse pour ne pas être soi-même !

Qui suis-je ? … pas facile de répondre à cette question, n’est-ce pas ? Sans se cacher derrière son métier. Mais mon métier, ce n’est pas Moi, et inversement !

Je suis Guillemette, j’aime la rando, boire mon café assise dehors face au grandiose de la nature, écrire, papoter avec mes copines, craquer pour un carré de chocolat et finir la tablette.
En ce moment, je gagne ma vie en animant et développant un espace de travail partagé en zone rurale et suis présidente d’une association qui œuvre à l’émergence d’un tiers-lieu culturel et associatif là où j’habite, dans la vallée d’Azergues. Parce que ça a du sens de faire quelque chose d’utile ici, quelque chose qui permet aux gens de se connecter, rencontrer et de partager.

Je réalise ainsi, j’accepte enfin que je n’ai pas besoin d’être entrepreneure pour exister. Qu’il n’y a de cases pour personne, que nous sommes tous uniques.

Donc oui, vous pouvez continuer à faire appel à moi parce que j’ai des compétences en animation de communautés, que je manie les réseaux sociaux avec aisance, que j’ai le don pour vous connecter à une personne que vous ne pensiez pas connaître mais qui vous sera utile dans votre projet actuel, je suis une ambassadrice hors pair quand il s’agit de parler d’un projet/produit qui a du sens pour moi… mais ça sera parce que nous nous serons connectés, que vous serez en accord avec les valeurs que moi la Chouette Guillemette je porte (authenticité, nature, partage… je creuse encore, chaque jour étant une nouvelle aventure vers moi-même).

J’ai enfin compris que ce que j’avais cherché à faire pendant toutes ces années ce n’était pas d’être une entrepreneure reconnue et talentueuse.
Mais bien plutôt d’entreprendre ma vie. Et donc pour moi c’est être libre de choisir. D’être moi-même. De faire ce que j’ai envie, selon mes valeurs.

Je ne suis même pas triste de tout ce temps perdu ou en colère de cet argent trop dépensé. J’ai appris ce que je ne savais pas.

Et maintenant que je sais qui je suis,
un peu plus chaque jour,

je peux déployer mes ailes

et voler, voler…
là où je le souhaite.
Là où bon me semble, avec qui je veux.
Comme je veux.

En toute liberté.

Merci pour vos partages 🙂
0