J’ai jeté (et non pas écrit, tellement je me suis précipitée sur le papier après avoir échangé dehors, en une fin de journée estivale, à l’heure où le soleil passe derrière la colline chez nous) sur le papier, ces quelques phrases.

C’est un hommage au travail manuel que réalise chaque jour mon mari dans son atelier, L’Atelier de Fred.
Il a le goût des beaux objets, les vieux comme les plus récents, du moment qu’ils ont une histoire et qu’il y participe, ça le met en joie. Et quand il peut mettre les mains dans le cambouis, c’est encore mieux.

Pour un vélo autrement, bravo à toi mon homme !

 

Il est beau, il est encore tout fringant malgré ses années. Un peu de poussières, quelques toiles d’araignée et malgré cela, il brille !

Ses années ne l’ont pas éteint. Car ça fait un moment qu’il a pris la route ce champion de Poule les Echarmeaux.
On ne sait pas tout de ses détours.

Juste qu’un jour après une expo à Poule, un descendant du champion l’a remis à Marco, notre ami de Lafont, intarissable sur sa vie en Haute Azergues.

Et là ce sont les yeux de Fred qui se sont mis à briller. 56×56. Taille du cadre. « Mais il est pour moi celui-là ! » … comme un gamin qui s’empare de son jouet.

C’est sûr, Georges Martin va se refaire une jeunesse et reprendre la route. L’arrivée, ce n’est pas pour demain car ce qui nous rend heureux, nous, ce sont les histoires et les kilomètres parcourus !

Merci pour vos partages 🙂
0